Couv-Facecachee-Costume

Quand l’habit fait le moine / Paris Face Cachée 2014

Deuxième étape de notre weekend « Paris Face Cachée » avec une découverte assez unique au sein du 12ème arrondissement…

Imaginez, un entrepôt en sous-sol d’un immeuble parisien et une immense porte métallique qui, à peine poussée, nous laisse bouche-bée devant les quelques 2000m² recouverts de vêtements, chaussures, chapeaux et accessoires en tout genre ! On vient de pénétrer dans une des plus vastes entreprises de location de costume de Paris (et même de France). Le Vestiaire, loue des costumes de l’antiquité aux années 60 aux particuliers mais surtout au professionnels du cinéma, de la publicité et du théâtre.

Rangés par époque, par sexe et par style les portants regorgent de trésors ! Robes originales du début du siècle, répliques exactes ou inspirées… On ne sait plus où donner de la tête tellement tout donne envie d’être touché, admiré (et essayé) ! Mireille, la directrice de l’entreprise nous fait la visite et nous explique comment fonctionnent les liens entre cinéma et costumes. Sachez par exemple que pour un film d’époque, il faut compter en moyenne 600 costumes d’hommes, femmes et enfants confondus qui viendront s’ajouter aux costumes des premiers rôles qui eux possèdent leurs costumes originaux.

Le Vestiaire Paris Face Cachée Frélie

Les costumières se rendent donc chez des loueurs comme Le Vestiaire pour faire leur choix et composer chaque tenue (vêtements, chaussures et accessoires comme les sacs, parapluies, chapeaux, gants…). Une fois sélectionnées, celles-ci sont photographiées, listées et emballées avant de partir par camion sur le lieu du tournage. Une logistique impressionnante qui être mise en place à chaque fois dans des délais très courts.

Le sous-sol de l’entrepôt est lui dédié aux uniformes, ceux actuels de la police ou du GIGN par exemple – qui ne peuvent être loués à des particuliers vous comprendrez bien pourquoi… Mais également des centaines de costumes militaires toutes nations confondues. On retrouve ainsi une salle consacrée à la Première Guerre Mondiale et une autre pour la Seconde Guerre. Les costumes reproduits à l’identique sont très détaillés et les accessoires (casques, gourdes…) parfois originaux s’empilent sur les étagères. Tenues les plus malmenées lors des tournages, celles-ci nécessitent souvent d’être nettoyées et réparées à leur retour de tournage par une couturière présente en permanence dans l’atelier.

Le Vestiaire Paris Face Cachée Frélie

Comme vous pouvez le voir, c’est la découverte d’une véritable caverne d’Ali Baba que nous avons pu faire ce jour-là ! Merci à Mireille pour son accueil et toutes ses explications grâce auxquelles nous regarderont encore plus attentivement les costumes des films d’époque. Et puis qui sait, si un jour on va au bal de l’Orangerie, on saura où venir chercher nos costumes !

> Pour consulter nos articles consacrés à Paris Face Cachée, c’est ici !

Lie

Lie

Lie est la caution curiosité du blog. Parisienne d’adoption depuis 7 ans, elle n’en finit pas de s’émerveiller des trésors de la ville lumière. Vous la croiserez peut-être plongée dans un livre sur un banc public face à la Seine.

Un commentaire

  • Caroline
    16 février 2014 à 13 h 59 min

    Un rêve de gamine devenue grande.

Laisser un commentaire