Paris vu par Hollywood, on passe !

Il ne vous reste que quelques jours pour vous rendre à l’expo : Paris vu par Hollywood. Si vous avez quelque chose de plus important à faire, un conseil d’ami : faites-le ! Ne chamboulez pas votre emploi du temps pour cette visite. Vous ferez la queue dans le froid, la disposition de la salle est étroite et le contenu n’est pas incroyable. Alors oui les Frélies y sont allées, oui nous avons été happées par cette photo d’Audrey Hepburn si célèbre, oui nous avions déjà été voir Sempé à l’hôtel de ville qui était vraiment cool et oui nous avons été déçues. Et pourtant elle donnait vraiment envie cette petite sortie…

Voilà ce qu’on nous vend
Depuis ses débuts, le cinéma américain a représenté la capitale française dans plus de 800 films, que les tournages aient été faits à Paris ou que des parties de la ville aient été reconstituées, réalistes ou fantaisistes, en décors. Rythmée par de nombreux extraits de films et réunissant photographies, maquettes de décor, costumes, et affiches, l’exposition se divise en quatre ensembles, quatre moments de cinéma : le Paris historique du muet, le Paris sophistiqué de la comédie sentimentale, l’apogée du Cancan, aux films fous, virevoltants et coûteux. Hollywood joue enfin dans Paris depuis les Années 1960.

Voilà ce à quoi nous nous attendions
Des manuscrits, des photos, des séquences de films, des affiches grandeurs natures, des interviews, des costumes, des vrais décors… D’accord il y avait un peu tout ça mais un peu moins bien que dans nos rêves. Si vous ne connaissez pas la salle Saint Jean de l’hôtel de ville, sachez que c’est une disposition Serpent. Oui c’est un peu comme jouer au serpent sur son Nokia. Il suffit qu’il y ait du monde et c’est le bouchon assuré. Manque de pot, la plupart de l’expo est constituée d’archives en A4-A3. Voyez le décor, il suffit que M.Cinéphile, chevelure argentée avec ses branches de lunettes dans sa bouche, se penche sur le papier jauni et voilà, on ne voit plus rien.

Voilà ce qu’on a eu
L’exposition est principalement composée de travaux faits en amont par le réalisateur, les équipes techniques, les acteurs et SURTOUT les couturiers. Il y a des scripts, des retroplanning, des photos, quelques accessoires qui se battent en duel et surtout beaucoup d’esquisses de costume !! Et puis il y a Audrey Hepburn. Sur ce point, nous sommes d’accord, il faudrait certainement renommer l’exposition : « Paris vu par l’équipe technique du film avec comme vedette Audrey Hepburn ». Soit, c’est une caricature mais on n’est pas loin de la vérité.

Audrey Hepburn était là
Alors ça pour y avoir du Audrey Hepburn il y en a. En effet, l’actrice dispose d’une belle carrière cinématographique parisienne. Le cliché so french qu’elle dégage est indéniable. Mais de là à nous mettre PRINCIPALEMENT du Audrey Hepburn, c’est un peu fort. Les bobos retro banchouille vous diront lors du brunch dominical, que l’expo était fantastique, Audrey Hepburn tellement magnifique, habillée simplement en parisienne (tu m’étonnes avec Givenchy comme couturier ça aide) et finiront par lâcher « c’était beau Paris à cette époque ». J’ai la ferme impression que la plupart d’entre eux n’a pas vu un seul film avec AH (ce qui est mon cas, et je ne m’en cache pas) et que cette mode du rétro Mad-Men joue grandement dans leur avis ! Ces visiteurs n’auront pas vu la noirceur des monuments de Paris mais bon, grand bien leur fasse, ils étaient là pour Audrey Hepburn…

Les commissaires vous diront que non, il y a aussi des films récents : Les Aristochats, Ratatouille, Midnight in Paris… Mais en comparaison avec THE actrice, c’est du pipi de chat ! A croire que l’expo s’arrête aux alentours des années 60 !

Mauvaise foi mise à part, un bel hommage est rendu à de grands acteurs français: Jean Gabin, Danièle Darrieux (eh oui toujours vivante), Maurice Chevalier (beaucoup de documentation)…

Petit Hic
La salle dispose d’un immense écran faisant toute la largeur et éclairé par trois vidéoprojecteurs. Il se trouve que lorsque nous avons fait la visite, un des projos était en panne. Pas de bol : voir des extraits vidéos amputés d’un tiers, ben ça énerve !


2/5

Alors nous resterons positives ! Nous conseillons à tous les étudiants en cinéma, aficionados de couture, fan éphémère d’Audrey Hepburn de se rendre à cette expo. Vous ne serez pas déçus. Quant aux autres, ne regrettez rien, il y en aura d’autres !


INFOS PRATIQUES

Étiquettes : ,
Fré

Fré

Fré est la caution historique de Frélie. Elle est passionnée par l'Histoire de France, par la photo et par le partage de ces découvertes. Vous la croiserez certainement déambulant dans un musée avec son appareil photo à la main (ou son smartphone pour prendre des photos en cachette).

Laisser un commentaire