Couv-Jardin-Archive

Le jardin des Archives Nationales

C’est la découverte de ce mois en ce qui me concerne. Nous avons trouvé un véritable havre de paix en plein centre de Paris. Une pépite loin des bruits de la ville et de la foule grouillante du marais. Il s’agit du jardin des Archives Nationales.

Ce n’est pas un mais quatre jardins que l’on découvre, cachés par les hauts murs des Archives Nationales. Revisités par Louis Benech et ouverts depuis 2011, ces jardins sont relativement méconnus des parisiens ayant pourtant une place de choix dans la capitale et possédant plusieurs entrées. Entourés par les hôtels particuliers de Rohan, d’Assy, Breteuil, Fontenoy et Jaucourt, les visiteurs découvriront un cadre intimiste, assez romantique, une véritable promenade paysagère.

Jardin des Archives Nationales

Nous avons commencé par le jardin de Rohan qui est à mon sens le plus classique : une grande pelouse centrale (attention on ne peut pas s’y installer) permet de prolonger la perspective de l’édifice en travaux. Des rangées d’arbres, des bancs, rien de plus classique.

Jardin des Archives Nationales

Quelques allées fleuries permettent de faire la transition avec le jardin de Jaucourt, plus petit et surprenant par son carré jonché de rosiers. Là encore, les bancs et chaises ne manquent pas.

Jardin des Archives Nationales

Puis nous nous dirigeons vers les deux derniers qui ont la particularité d’être extrêmement intimistes. On veut se perdre dans ses petits chemins, permettant d’arriver à un carré de bancs ou à une petite fontaine. La diversité de la végétation nous fait réellement croire que nous sommes dans un jardin particulier. C’est ravissant !

Jardin des Archives Nationales

Nous finissons par l’entrée de la Cour pavées des Archives Nationales (ok on a fait le chemin à l’envers mais c’est pas grave), où, là encore, tout nous invite à poser notre séant.

Jardin des Archives Nationales


5/5

Ce qui nous a frappé au delà du décor bucolique presque irréel, c’est le peu de monde qui était présent. Certes, ce n’était pas un dimanche ensoleillé mais il faisait doux et surtout, il ne pleuvait pas. Alors évidemment, je ne pense pas que l’on puisse s’y installer avec sa bouteille de rosé et déballer saucisson, camembert et baguette (les gardes sont bien présents) mais pour quelques heures de repos avec un bouquin, c’est l’endroit IDÉAL ! Si vous ne connaissez pas et que vous avez prévu un petit tour dans le marais, foncez, ça vaut vraiment le détour !


INFOS PRATIQUES

Fré

Fré

Fré est la caution historique de Frélie. Elle est passionnée par l'Histoire de France, par la photo et par le partage de ces découvertes. Vous la croiserez certainement déambulant dans un musée avec son appareil photo à la main (ou son smartphone pour prendre des photos en cachette).

Un commentaire

Laisser un commentaire